Softkens est disponible sur smartphone.

Que soyez en Afrique, Amériques, Asie, Europe ou Océanie, connectez vous à Softkens Télévision pour votre divertissement et information 24/7.

portfolio1 portfolio2 portfolio3 portfolio4 portfolio5 portfolio6 portfolio7 portfolio8 portfolio9 portfolio10

Makety Designs

Gowns & dresses

Softkens TV

The Pride of Africa | La fierté Africaine

Makety Designs

Drapery

Nsoli Painters

Nsoli Residential Painters offer a plethora of quality painting packages that are budget friendly.

Makety Designs

Renyals

Softkens TV

Productions et Post-Productions des vidéos

Nsoli Painters

Your house is not just a place where you can store your values or take rest every day.

Nsoli Painters

Your house is not just a place where you can store your values or take rest every day.

Nsoli Painters

Your house is not just a place where you can store your values or take rest every day.

Nsoli Painters

Your house is not just a place where you can store your values or take rest every day.

small portfolio1 small portfolio2 small portfolio3 small portfolio4 small portfolio5 small portfolio6 small portfolio7 small portfolio8 small portfolio9 small portfolio10 small portfolio11 small portfolio12 small portfolio13 small portfolio14 small portfolio15 small portfolio16
themed object
24/7

  • Service Vidéo Haute Fidelité pour événements sociaux et commercials, contactez-nous +16472390676
  • Aimez notre page Facebook
  • Abonnez-vous à notre mur Youtube
  • Fina awa | Cliquez ici | Click here: Services
  • Avez-vous besoin de construire un site web? Téléphonnez-nous +1647239067
get in touch

Thursday, October 4, 2018 12:03

RDC: nouveaux massacres massifs à Beni-ville et ses environs

Octobre 04, 2018 11:15 Published as received

«Tout ce qu’on vient d’observer ces jours comme tragédie dans la ville de Beni, même la récente attaque, n’est qu’une ombre légère des massacres historiques que nos gens préparent contre les habitants de cette ville et ses environs », confie par compassion un partisan des égorgeurs de Beni aux sources de Benilubero Online. L’assaut final des ennemis de la paix pour l’occupation de Beni, Oicha et leurs environs n’aurait que le délai de quelques jours en amont. Celui qui décrie cette scène en perspective en définit clairement les objectifs.

En bref, la ville de Beni sera attaqué d’ici quelques matins et subira une atrocité qu’elle n’a jamais encore expérimentée. L’objectif consiste à forcer la population locale à dégager complètement le milieu. Mais ce grand événement partira de la Commune urbaine Rwenzori de la ville de Beni. En réalité, les occupants qui s’apprêtent venir prendre possession des propriétés des autochtones ne sont pas loi; ils encerclent la ville, et ce sont eux qui procèdent depuis quelque temps à une pression sans pareil par les atrocités qui caractérisent les différentes cellules de la commune de Rwenzori, en ville de beni, précisément dans les aires de Mayangose, Boikene, etc.
Pour prouver la véracité de cette information, l’interlocuteur (sympathisant des égorgeurs) de nos sources demande aux opinions de constater que de nos jours plus de 70 pourcents des habitants de la commune Rwenzori ont déjà fui leurs domaines. Les 30 pourcents restants seront bientôt chassés en vue d’ouvrir la porte aux occupants pour faire de la ville de Beni leur marchepied.

Quelle est la stratégie qui rassure les égorgeurs du succès de leur invasion en perspective? Il existe deux ailes des égorgeurs collaborant au même plan. Il y a avant tout des groupes qui vivent en brousse, constitués des familles entières. Ils ont la mission d’intimider et de terroriser les opinions. Ils donnent souvent l’impression d’être les véritables attaquants lorsqu’ils s’amènent massivement avec des machettes et autres armes blanches, pour détourner l’attention des vrais tueurs qui sont pourtant au sein même de l’armée officielle, les FARDC avec lesquels ils partagent une seule et unique consigne d’opération. Ce sont donc davantage des éléments infiltrés au sein des troupes FARDC qui attaquent et tuent, tandis que les groupes venant de la brousse (composés des hommes, femmes et enfants) interviennent surtout pour piller et saccager les maisons tout en éliminant des rescapés rencontrés sur leur passage.

Une autre agglomération ciblée par la même menace reste la cité d’Oicha et des environs. On notera que les égorgeurs ont presque quitté les fonds de leurs maquis pour prendre position justement dans la périphérie de Beni-ville et de la cité d’Oicha. Ils ne considèrent point la présence de la MONUSCO comme un obstacle, car, disent-ils, ils ont toutes les tactiques pour les maîtriser pour autant qu’ils surveillent, avec l’appui de leurs complices infiltrés dans les FARDC, tous les mouvements des troupes onusiennes dans cette région. En cas de nécessité, ils envisagent commencer avant tout par attaquer les bases desdits casques bleus, surtout dans le secteur d’Oicha-Mavivi.

Dans ce cadre, lesdits égorgeurs ont dû créer d’autres zones rouges comme suit:
– axe Oicha – Beni – Mayangose – Semuliki
– axe Oicha – Mbau – Kamango
– axe Kasindi – Karuruma – Butembo (un tout nouveau angle de la mort qui vient d’être créer)

De nombreuses troupes militaires continuent à traverser vers le Nord-Kivu en destination du grand Nord et de l’Ituri avec un double objectif, dont avant tout soutenir les égorgeurs dans leur plan final (occupation des zones harcelées par les atrocités), mais aussi maîtriser les groupes ougandaises si ces dernières tentaient éventuellement de se manifester comme obstacle dans leur mouvement d’invasion et d’occupation du Nord-Kivu et de l’Ituri.
Par ces derniers assauts qui se préparent, les égorgeurs, soutenus par Kinshasa chercheront à faire une démonstration de force en occupant effectivement et ouvertement le terrain, en y installant leurs troupes. Ils comptent sur le soutien de les principaux foyers de concentration de leurs combattants tels qu’ils se cantonnent actuellement à Rutshuru, au sud de Lubero, à Beni et en Ituri, disposant partout des stocks impressionnants d’armes, de munitions et de nourritures.

Beaucoup d’unités des FARDC qui se déploient ces jours officiellement dans Beni et dans l’Ituri sont destinés plutôt à appuyer l’opération des égorgeurs et ce plan d’occupation. Concrètement, telle est la mission assignée au 3414e Régiment des commandos formés par les instructeurs chinois qui se déploient dans le rayon de Mangoko et Mavivi en collaboration avec la 32 Brigade RR (Kwata brutal). Il convient de souligner que ce sont les éléments de ces unités FARDC ici concernés qui ont cédé les contrées de Madina aux ADF au cours de cette période suivant la mort du général Lucien Bahuma qui les en avait chassés. C’est le même jeu qu’ils tentent encore de jouer de nos jours à Oicha, à Mavivi, à Mayangose etc pour forcer la chute de la ville de Beni entre les mains des assaillants égorgeurs.
Plus que jamais, la population de la ville de Beni et de la cité d’Oicha sont en danger! Si rien n’est fait immédiatement, d’ici quelques matins la ville de Beni passera sous le contrôle des terroristes.


Baliangando mokili mobimba

France: la plainte d’un opposant congolais pour assassinat classée sans suite

Softkens TV

En France, une plainte du général Ferdinand Mbaou, déposée en 2015, a été classée sans suite. La plainte portait sur une tentative d'assassinat qui a laissé ce farouche opposant au président congolais Denis Sassou-Nguesso, grièvement blessé. Le 12 septembre 2018, de nouvelles révélations ont fait état d'une autre tentative d’assassinat. Deux ex-agents de la DGSE, les renseignements extérieurs français, soupçonnés d'avoir élaborés ce meurtre, ont été inculpés à Lyon pour association de malfaiteurs et détentions d'explosifs. Le général Mbaou et l'avocat maître Norbert Tricaud espèrent que cette nouvelle affaire relancera la première enquête.

Côte d'Ivoire: le cas de Maliens incarcérés sans jugement préoccupe le consulat

Softkens TV

En Côte d'Ivoire, une dizaine de ressortissants maliens sont depuis deux ans et demi en prison. Ils sont soupçonnés d'être liés à l'attentat de Grand-Bassam, qui avait fait 19 morts et 33 blessés en mars 2016. Face à ces incarcérations sans jugement, plusieurs familles tentent d'alerter les autorités ivoiriennes et maliennes.

slide up button

Avez-vous besoin de construire un site web?
Votre site web parait non professionnel?
Téléphonnez-nous à +16472390676 ou,
par e-mail: info@softkens.com